Parce que l’Homme préhistorique était aussi une femme

On parle toujours de l’homme préhistorique : le chasseur, l’artiste, l’inventeur. Mais c’est oublier l’autre moitié cachée de l’Humanité : la femme. Mère, captive, amante, voire sacrée, les archéologues et les artistes des siècles passés l’ont projetée dans tous les fantasmes, tout en la mélangeant à nos propres mythes des origines, encore aujourd’hui. Ainsi, Lucy l’australopithèque se substitue naturellement à l’Ève biblique, et à la mère allégorique de l’Humanité supplée la génétique, qui recherche le plus vieil ancêtre féminin commun à travers l’ADN mitochondrial. Concernée, la cause féministe essaie de réhabiliter la femme préhisorique ; on parle alors de matriarcat, de culte de la Grande Déesse et de division sexuelle des tâches. Mais au-delà de l’interprétation, que dit finalement l’archéologie ? Peut-on faire parler les petites Vénus paléolithiques, seules images de cette féminité millénaire ? Ensemble, nous essaierons de comprendre la dimension mythique et sociale qui se cache derrière le thème universel de la dualité entre les sexes.

Céline Piret

Archéologue et historienne de l'art

Date

Dimanche 25 février 2018

Lieu

La conférence sera donnée à 15h à la salle de lecture de la Bibliothèque publique locale de Nivelles
(Place Albert Ier 1 à 1400 Nivelles - entrée par la rue Bléval)

Notes

Réservation obligatoire via www.ptah-hotep.be ou par sms au 0497 97 68 40

Prix non-membres

7,00€

Prix membres

5,00€

S'inscrire